Réduire ses droits de succession et faire un bon acte

Les impôts sur la fortune n’existent pas en France. Par contre, les droits de succession en ligne indirecte ou dans les familles élargies sont souvent très importants. Pour alléger la charge, vous pouvez recourir au « legs en duo ». L’expression « it takes two to tango » ou « il faut être deux pour danser le tango » prend tout son sens dans ce cas. En effet, cette expression prend également tout son sens dans les cas de successions.

 

L’héritage

Si un défunt souhaite que tout se passe comme il l’entend après sa mort, il doit laisser un testament. Dans le cas contraire, ses biens seront partagés selon la loi. Ses enfants hériteront tous d’une part égale. Par contre, s’il n’a pas de descendant, l’affaire est plus compliquée. Les droits de succession peuvent alors coûter plus cher.

Les enfants reçoivent obligatoirement une part d’héritage. Cette part est appelée part réservataire. Cependant, il reste toujours possible de mentionner un autre bénéficiaire dans le testament. Celui-ci ne recevra sa part que lorsque les enfants recevront leurs dus.

 

Pas d’héritiers en ligne directe

Dans le cas où vous n’avez pas d’héritier en ligne directe, rendez-vous chez un notaire pour connaître les différentes démarches à suivre. Les droits de succession sont généralement importants en France, sauf pour le cas d’un héritage en ligne directe ne dépassant pas les cinq mille euros. Au-delà de cette somme et dans une famille plus étendue (sœurs, frères, tantes, oncles, cousins, etc.), les droits sont ruineux.

Les legs sont une alternative à ces coûts considérables. Il s’agit d’attribuer une part de vos biens à une tierce personne, qu’elle soit physique ou morale.

 

Les legs : qu’est-ce que c’est ?

Par définition, le legs en duo est un type de tango qui se danse obligatoirement à deux. En termes de testament, c’est une technique réservée à ceux qui n’ont pas d’héritiers en lignes directes. Dans ce cas, le duo représente un ou plusieurs héritiers ainsi qu’une association légale (des associations pour personnes ou enfants défavorisés par exemple). Avec cette méthode, la somme des droits de succession que les héritiers doivent payer est allégée. De plus, ils font ainsi une bonne action pour la société.

 

Un exemple

Monsieur et madame Durant n’ont pas d’enfants, ils veulent alors donner un héritage à la hauteur de 175 000 euros à leur nièce. Ils font donc recours au legs parce que cette somme sera presque nulle une fois qu’elle passera par les procédures fiscales. Ils font donc un don de 175 000 euros à une association célèbre avec la condition que la nièce touche la somme de 100 000 euros. Mais attention, il faut rester dans le cadre de la loi afin d’éviter les problèmes.