Vivre en France et travailler en Suisse

Très proche de la France, la ville de Genève attire de nombreux Français pour ses avantages professionnels. En effet, la Suisse est un pays qui séduit par son fort dynamisme économique et ses villes de renommée. Elle se distingue aussi par ses salaires plus élevés qui font le bonheur des salariés français. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le statut de frontalier en Suisse.

Les villes de Haute-Savoie, très plébiscitées par les frontaliers

L’année dernière, les Français sont arrivés en tête de liste dans le classement des communautés étrangères à Genève. Selon l’Office cantonal de la statistique, ils étaient au nombre de 35 162 en 2020. De plus, ces salariés privilégient la zone frontalière pour s’installer et réduire leur temps de trajet. Certains choisissent ainsi Saint-Julien-en-Genevois tandis que d’autres se tournent vers d’autres villes comme Divonne les Bains, Gex ou encore Annemasse.

Pour les Français travaillant en Suisse, les annonces immobilières à Saint Julien en Genevois sont par exemple très recherchées par les frontaliers. Et pour cause, cette ville se trouve en Haute-Savoie et offre de nombreuses opportunités d’hébergements. On y trouve en effet plus de 7 600 logements. C’est donc une zone parfaite pour s’installer et profiter des différentes opportunités d’emplois en Suisse.

vivre France travailler Suisse

Les avantages du statut de frontalier

Les Français qui travaillent en Suisse bénéficient d’un statut de frontalier, grâce aux accords entre les deux pays. Pour obtenir ce statut, il faut résider au minimum un jour par semaine dans votre résidence en France et être employé dans une société en Suisse. Lorsque vous recevez votre permis G, qui signifie votre autorisation de travail en Suisse, vous pourrez alors accéder à plusieurs avantages.

En Suisse, les salaires sont plus élevés étant donné que celui d’un simple salarié est l’équivalent de celui d’un cadre travaillant en France. De même, le paiement des impôts se fera dans le pays où vous travaillez. Par conséquent, vous profitez d’un prélèvement à la source et d’une imposition plus faible qu’en France.

Le frontalier dispose aussi d’une plus grande sécurité de l’emploi, car le chômage dans ce pays fait partie des plus faibles de la zone européenne. À cela s’ajoutent les nombreux avantages que les entreprises octroient aux salariés pour encourager les évolutions de carrière.

Enfin, le marché de l’immobilier français est plus attractif avec des prix immobiliers stables ces dernières années, notamment en Haute-Savoie. Par conséquent, ils sont inférieurs à ceux de la Suisse. Si vous souhaitez trouver un emploi en Suisse, pensez à vous installer dans une ville pas loin comme St-Julien-en-Genevois, où les offres immobilières sont intéressantes. Le site de la mairie de St Julien en Genevois pourra vous fournir plus d’informations à ce propos.

Une assurance maladie pour les frontaliers

En Suisse, l’assurance maladie reste totalement à la charge du salarié et est individuelle. En d’autres termes, pour une famille de 5 personnes, il faudra payer 5 primes d’assurance. Il existe néanmoins des aides pour les ménages plus démunis et des réductions de prix pour les enfants.

Pour les frontaliers, il existe deux options : l’affiliation à la CMU frontalier et le système suisse. L’affiliation à la CMU frontalier permet de s’affilier au régime général français de la sécurité sociale. C’est un avantage dont les résidents en Suisse ne disposent pas.

La ville de Genève demeure une ville attractive sur le plan économique et ne cesse de séduire les professionnels français. Un logement sur la zone frontalière demeure la meilleure option pour faire la navette entre les deux pays.