Les étapes obligatoires avant de commercialiser un produit cosmétique

Avant qu’un produit cosmétique ne soit mis sur le marché Européen, plusieurs étapes obligatoires doivent être respectées. En effet, le secteur cosmétique est soumis à certains règlements comme le n°1223/2009, régissant le cosmétique en Europe. Se lancer dans cette activité ne s’improvise donc pas. Une bonne pratique au niveau du processus de fabrication est exigée, sans négliger le respect d’une législation en vigueur très stricte. Zoom sur les étapes qu’un produit cosmétique doit respecter.

1. La réalisation de différents tests

Pour qu’un produit cosmétique puisse être mis en vente sur le marché européen, certains tests sont obligatoires. Ils sont indispensables pour valider la formulation cosmétique du produit.

Les tests varient selon le type, la nature et l’utilisation du produit. Il peut s’agir d’un test de stabilité, d’un test de contrôle du PH, de la tolérance oculaire et cutanée, d’un test de l’innocuité, de la revendication ou encore d’un test de validation de l’efficacité du produit. Pour réaliser vos divers tests cosmétiques, il vous est possible de vous rapprocher d’enseignes spécialisées comme cca-group.fr, un laboratoire cosmétique de renom.

Produit cosmétique

2. L’analyse de la composition du produit

L’analyse de certains points est cruciale pour un produit cosmétique. Parmi les plus importants est l’analyse des ingrédients constituant le produit. Cette étape consiste à vérifier si le produit respecte le règlement 1223/2009 et que les ingrédients utilisés pour la fabrication de ce dernier sont bien conformes aux normes en vigueur.

De ce fait, les ingrédients pour fabriquer un produit cosmétique doivent être bien choisis et ils doivent être conformes au règlement. Il faut notamment prendre en compte le fait que les substances qui contiennent des nanomatériaux sont interdites. Ces substances sont en effet classées comme toxiques ou mutagènes.

Aussi, le procédé d’un produit cosmétique doit être réalisé avec de bonnes pratiques de fabrication. Il est donc nécessaire de bien vérifier les conditions de stockage du produit, son étiquetage, la liste des ingrédients utilisés, la date d’utilisation minimale du produit, etc. Toutes ces étapes sont à confier à une personne responsable désignée à l’avance.

Une fois que le produit est certifié conforme, une déclaration de conformité BPF doit être réalisée. Elle peut se faire soit par un tiers, soit par l’entreprise elle-même. Chaque produit doit également avoir un dossier d’information spécifique.

Cette conformité doit être vérifiable par des analyses. Ces dernières peuvent être examinées pour déterminer la présence ou non d’ingrédients strictement interdits dans votre produit cosmétique.

3. La réalisation d’un dossier d’information produit ou le DIP

Une autre étape à respecter est la réalisation d’un DIP du produit cosmétique. Ce dossier doit être remis aux autorités compétentes pour qu’elles puissent le consulter à tout moment.

Il est à noter que le DIP doit être conservé pendant une durée de 10 ans, à compter de la date de la mise en marché du dernier lot du produit sur le marché. Ce document est conservable sous format électronique ou autres, et sa rédaction doit se faire dans une langue compréhensible par les autorités compétentes.

Un Document d’Information du Produit doit contenir une description détaillée de celui-ci. C’est également dans le DIP que les consommateurs pourront visualiser le rapport sur la sécurité du produit cosmétique. Sa méthode de fabrication et la déclaration de conformité doivent également figurer dans le DIP.

Si le produit a déjà été expérimenté sur des animaux, cette information doit également être mentionnée dans le DIP.